Le bouddhisme en Chine - son histoire

Publié par Sculpt Art le

Fojiao : L'enseignement de Bouddha, l'illumination
Bouddhisme en Chine

Le commencement

Ceci fait partie d'une série qui examine le systèmes des croyances chinoises : comment les gens pensent et se comportent, philosophiquement et religieusement. Pour comprendre le système des croyances chinoises, il est important de ne pas prendre les termes mot à mot ; le mot "religion" (zongjiao), par exemple, n'existait pas dans le lexique chinois avant le XIXe siècle. Apprécier la complexité du système de croyance chinois est crucial pour comprendre les forces qui ont contribué à façonner la Chine.

Le bouddhisme, un système culturel de croyances et de pratiques fondé sur des principes de compassion et de non-attachement, a vu le jour au VIe siècle avant notre ère dans ce qui est aujourd'hui le Népal. Elle a été apportée en Chine par des moines bouddhistes de l'Inde vers la fin de la dynastie Han (vers 150 ap. J.-C.) et a mis plus d'un siècle à s'assimiler à la culture chinoise.

 

Les raisons du succès du Bouddhisme

L'une des forces clés du succès du bouddhisme était le taoïsme. Pour aider les Chinois à comprendre les concepts bouddhistes, les bouddhistes ont emprunté des idées au taoïsme via la langue chinoise. Le bouddhisme et le taoïsme ont bénéficié de cet échange. Les taoïstes ont élargi leurs idées sur le cosmos et les moyens de structurer leurs ordres monastiques. Les bouddhistes ont acquis un lexique qui facilite l'enseignement de leur tradition.

 

Le bouddhisme, une force populaire

Avec le temps, le bouddhisme est devenu une force populaire dans la vie des Chinois, des gens ordinaires à l'empereur lui-même. En fait, au VIe siècle, le bouddhisme rivalisait avec le taoïsme en popularité et en influence politique. C'est à cette époque, et au cours des trois siècles suivants, que se sont formées les grandes écoles du bouddhisme chinois. Deux écoles qui conservent aujourd'hui leur influence sont le bouddhisme de la Terre Pure et le bouddhisme Chan (Zen). Même en Chine continentale, où la religion est souvent réprimée par le gouvernement, il existe des pratiquants de ces deux écoles du bouddhisme chinois.

L'histoire du Bouddhisme

 

Le bouddhisme en Chine, comme c'est le cas du taoïsme et du confucianisme religieux - a également subi de nombreux changements tout au long de l'histoire du pays et a été varié dans ses manifestations sociales et religieuses et ses croyances philosophiques. La plupart des érudits considèrent le bouddhisme comme autant de bouddhismes. Dans la période dite classique du bouddhisme en Chine (dynastie Tang, 618-907 de notre ère), il y avait un certain nombre d'écoles bouddhistes qui enseignaient et encourageaient leurs propres philosophies et pratiques de méditation. Les écoles de Huayen et de Tiantai, par exemple, variaient en philosophie, en emplacement et en influence politique. Les enseignements de diverses écoles ont été influencés et adaptés par la Corée et le Japon.

statue-bouddha-guanyin-doré
L'une des figures les plus populaires du bouddhisme chinois est le bodhisattva Guanyin (celui qui perçoit les lamentations du monde-Guanshiyin). Issu du bouddhisme indien en tant qu'être supérieur qui aide la souffrance du monde, Guanyin est devenu une figure clé dans les pratiques dévotionnelles des bouddhistes chinois et des taoïstes. Il est d'ailleurs très souvent représenté notamment par des statues Bouddha Guanyin. N'hésitez pas à consulter nos collections si vous souhaitez vous en procurez une !


Partager cet article



← Message plus ancien Message plus récent →